Skema United : C.H.O Nature, notre partenaire cosmétique bio managé par Anne-Sophie Grivon !

Aujourd’hui, Anne-Sophie nous raconte sa passion pour le cosmétique, et comment elle en est arrivée à rejoindre l’entreprise de cosmétique bio familiale.

1.    Peux-tu te présenter?

Issue de la promo 2014, je suis rentrée à SKEMA en PGE en 2010. Lilloise d’origine, j’ai choisi le campus de Lille où j’y ai passé ma L3 et mon M1. J’ai ensuite fait une année de césure à Paris où j’ai fait un premier stage dans une PME qui fabriquait les GWP (Gift With Purchase) pour les plus grandes marques de cosmétiques, ce qui m’a permis d’entrer au développement marketing international chez L’Oréal Paris pour mon deuxième stage de césure (à l’époque c’était encore possible !). Je suis ensuite partie à l’étranger pour ma dernière année : le premier semestre à Raleigh en International Business et le deuxième semestre à Suzhou en Luxury & Fashion Management. C’est lorsque j’étais à Suzhou que j’ai pris la décision de rejoindre C.H.O.

cloud image

J’ai aidé C.H.O à se développer dès le début, participant aux salons professionnels pour faire découvrir la marque et signer avec des instituts de beauté et spa lorsque j’étais à SKEMA. J’ai aussi tenu leur première boutique le dimanche lorsque j’étais encore à Lille. Le fait est que ce n’était pas pour faire plaisir à mes parents que je les aidais mais parce que je croyais en C.H.O. et en ces valeurs qu’on retrouve dans la formulation des produits : santé, efficacité, transparence. Chose très rare en cosmétique. Alors quand à la fin de SKEMA j’étais censée faire mon stage de fin d’étude pour une autre marque de cosmétiques bien plus connue, je leur ai finalement dit non. L’un des choix les plus importants que j’ai eu à faire jusqu’à présent. Je voulais donner du sens à ce que je faisais, je voulais que ce qui allait me prendre le plus de temps dans ma vie (mon travail) ait un impact positif sur le futur. Très sensible à l’environnement et à la santé, c’était important pour moi d’être en cohérence avec moi-même et d’œuvrer en ce sens. C.H.O. est ainsi devenue une évidence pour moi.

J’ai d’abord commencé par le commercial B2B avec les instituts de beauté, les spas et les concept stores. Le digital est ensuite devenu ma deuxième priorité, le site internet était vieillissant, les réseaux sociaux inexistants, il fallait qu’on se fasse connaître, là aussi tout était à faire. Et en 2016-2017 on a repris le développement produit, on sort au minimum un nouveau produit par an. Mon travail est donc très varié, nous sommes encore une petite structure, il est important de pouvoir être multitâches !

cloud image



2.    Peux-tu nous raconter l’histoire de C.H.O Nature ? Le travail au quotidien au sein d’une entreprise familiale ?

« Entre ce qu’on mange, ce qu’on respire et ce qu’on se met en plus sur la peau, il est n’est pas étonnant que le corps réagisse au bout d’un moment ». C.H.O. est née de cette phrase, prononcée par mon père à ma mère lorsqu’elle lui a demandé pourquoi tant de maladies touchaient soudainement leurs proches après 45 ans. Suite à cette prise de conscience, ma mère a voulu complètement changer ses habitudes, notamment en cosmétique, elle qui en est passionnée depuis toujours. Fidèle à sa marque habituelle de parfumerie, elle s’est alors mise à la recherche d’une autre marque mais bio. On était en 2007-2008, le marché du cosmétique bio n’était pas du tout le même. Ne trouvant pas une marque bio qui lui apporte la même satisfaction que sa précédente (en terme de texture, de parfum, d’efficacité), elle s’est tourné vers mon père, biochimiste de formation qui a fait sa carrière dans les laboratoires pharmaceutiques, pour lui demander s’il ne pouvait pas lui faire une crème, rien que pour elle. Celui-ci passionné par les huiles végétales et essentielles, lui a fabriqué dans notre cuisine ce qui sera par la suite, les premiers produits C.H.O. Les amis ont suivi puis on nous a prêté un laboratoire et les choses se sont vites enchaînées. Ils se sont lancés dans cette toute nouvelle aventure fin 2009 en créant une vraie belle marque de cosmétique bio (française) : C.H.O. Nature.

Nous avons fait le choix d’avoir notre propre unité de R&D et de production à Mouans-Sartoux près de Grasse afin de garder la maîtrise de la fabrication, C.H.O est ainsi une marque mais aussi un laboratoire.

Travailler en famille est à la fois plus simple sur certains aspects et plus compliqué sur d’autres ! Chez nous, cela se passe très bien, il y a beaucoup de bienveillance et de confiance, je pense que la chance que nous avons est que nous sommes tous très complémentaires, chacun a son expertise. On se connaît suffisamment pour connaître les qualités et les défauts des autres, ce qui permet de prendre des décisions plus facilement et d’éviter certaines erreurs ! Et on a une règle, toute décision importante est prise ensemble, peu importe le domaine.

cloud image


3.    Quelles sont tes perspectives futures ? Quels sont vos challenges et projets pour les années à venir ?

Dans quelques années, la direction de C.H.O est bien entendu ma plus grande perspective ! Il y a encore beaucoup à faire d’ici là. Le plus gros challenge est de continuer à développer la marque et de la faire connaître. C.H.O. n’est pas encore connue du grand public, on est sur un marché de niche. Je pense que le cosmétique bio n’est pas une mode, elle est en train de devenir une norme et je nous souhaite que C.H.O fasse partie des références de cosmétique bio françaises pour la plupart des français dans un futur proche !

Les projets sont nombreux, on ne manque pas d’idées, à commencer par la sortie d’une nouvelle gamme, du recrutement, des nouveaux locaux et puis une vraie première boutique en propre !

cloud image



4.    Un souvenir de la vie à SKEMA pendant ton cursus ?

Difficile d’en choisir un !

Au milieu de la première année, j’ai eu envie de créer un magazine « lifestyle – beauté – mode » à SKEMA qui serait inter campus. Son nom était « CLICHÉ ». J’ai embarqué un copain là-dedans, on a monté un dossier et défendu notre projet auprès de SKEMA pour obtenir un budget qui nous a été alloué pour la rentrée de septembre. On a fait un site internet, sorti 2 magazines cette année-là en partenariat avec les associations mode de Lille et Sophia. Les articles étaient écrits par les membres des assos des deux campus. C’était un beau projet et je suis ravie que SKEMA nous ait suivi là-dedans !


5.    SKEMA une grande famille ?

Complètement ! Que ce soit les amis SKEMA, les évènements SKEMA Alumni, la fierté quand on voit le nom SKEMA sur une publicité ou un classement. Pas de doute, on a tous ce sentiment d’appartenir à la grande famille SKEMA.


6.    Pourquoi soutenez-vous SKEMA United ?

Pour les valeurs derrière cette action. La solidarité, le sport, le challenge.


7.    Pour finir, un mot/conseil(s) pour les participants de SKEMA United ?

Gardez l’esprit ouvert et battez-vous pour ce en quoi vous croyez.


Pour en savoir plus : https://www.cho-nature.com/fr/

PartagezPartagez